Arpajonnais, Cadre de vie & Environnement, Démocratie, Economie, International, National, Régional & Départemental, Solidarité

Migrants etc …

La question des réfugiés, migrants et autres est d’une complexité rarement vue car elle fait appel à notre cœur et à notre raison, quitte à les opposer.

Je suis pris d’un double sentiment :

  • Le cœur m’incite à approuver que notre pays reçoive ceux qu’on appelle réfugiés, migrants, … en fait des êtres Humains que nous ne devons pas abandonner. Nous sommes tous des frères et devons faire preuve de bienveillance et de confiance vis-à-vis d’eux … et de nous.
  • La raison m’indique que les accueillir dans les conditions actuelles, peut-être dangereux, y compris pour eux, car j’ai des doutes sur notre capacité à réussir, comme par enchantement, ce que nous n’arrivons pas à faire depuis 30 ans.

En fait, comme le monde n’est ni noir, ni blanc, la vérité est certainement entre les deux : il faut que la France se donne les moyen de les accueillir et les suivre dans le temps, tout en faisant le choix de les recevoir en fonction des règles établies de solidarité et de respect des équilibres et en rassurant les français sur leur venue.

Ce qui est certain, c’est que :

  • Nous devions nous attendre, depuis plus de 30 ans, à cette situation : pourquoi nos dirigeants nationaux et régionaux n’ont-ils rien fait ?
  • Nous n’en sommes qu’au début et il faut maintenant penser aux 30 ans qui arrivent, à leur accompagnement, leur intégration et la vie entre eux et les autres populations vivant en France, quelle que soient leurs origines, leurs cultures et leurs religions.
  • Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour mettre en place un dispositif adapté et évolutif en fonction des migrations à venir. L’Europe nous fournira peut-être un cadre très large qu’il faudra de toute façon adapter.
  • La situation de la France est différente de celle de l’Allemagne. Chez nos voisins germaniques, les naissances sont insuffisantes, il n’y a pas assez de travailleurs actifs pour leurs besoins et ce pays court à la catastrophe sociologique s’ils ne fait rien. Cette immigration est une véritable opportunité pour eux. En France, nous renouvelons nos générations, avons un taux de chômage énorme et une vision moins pragmatique des choses que nos voisins Teutons.
  • La population qui arrive paye son « billet » et a donc, pour beaucoup, des moyens issus de sa position sociale (médecins, avocats, ingénieurs, chefs d’entreprises, …). C’est une force pour le pays qui les reçoit. De plus, nous manquons de médecins et ingénieurs qui partent à l’étranger. Alors, pourquoi ne pas les intégrer ?
  • Accueillir 24.000 migrants sur 2 ans est ridicule par rapport aux flux migratoires que nous subissons depuis des décennies. Par exemple, pour une ville comme Arpajon, il s’agirait une ou deux familles tout au plus à accueillir. Une goutte d’eau dans ces marées migratoires et ces 30% de logements sociaux que notre ville prévoir sur les constructions actuelles et à venir.
  • Nous disposons de plusieurs dizaines de milliers de logements publics libres qui pourraient être destinés à ces arrivants. Pourquoi ne pas les leur attribuer ?
  • Les migrants sont de nature différente que ce que nous avons pu connaitre par le passé et il faut éviter que, sous couvert de fuir un pays en guerre, nous recevions des « filous » : sans papiers opportunistes et, plus grave, terroristes infiltrés. Nous devrons donc revoir notre façon de gérer cette question et effectuer un tri (je n’aime pas ce mot, mais c’est le plus approprié) pour évincer les personnes non désirées. En bref, il faudrait adapter et faire respecter les règles établies. Toutefois, ce principe contredit mon attachement à la libre circulation des Hommes, car nous sommes tous des habitants de notre planète et que notre niveau de vie est attirant.
  • Je suis choqué du traitement de la question apporté par les médias et certains politiques. Faire du senssionnalisme n’a aucun sens et est abject !
  • Je suis également dépité par le manque de relation avec le réel des populations européennes : il faut leur montrer des images chocs pour qu’elles comprennent enfin le calvaire que vivent tout ces réfugiés. Il serait temps qu’elles passent un peu moins de temps connectés sur leurs écrans et se reconnectent avec la réalité. Bref, elles ont les journalistes et les politiques qu’elles méritent.

En écrivant cela, je n’ai toujours pas résolu la situation et j’espère simplement avoir apporté un peu de contribution au débat.

Les commentaires sont fermés.

Collectif Palestine Libre |
PARLEMENTEURS DANS LE FROMAGE |
Opposition Municipale |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Contrastin Benayoun 2015
| Augmentez nos Salaires !
| Jacqueline Irles